Aujourd'hui, les réseaux sociaux prennent une place de plus en plus importante dans nos vies et je ne fais pas exception à la règle. Après plus de 10 ans d'utilisation de ceux-ci il est temps de faire un petit retour d'expérience.

Facebook, mon premier réseaux social

Je me suis inscrit sur facebook lorsque j'étais au collège, soit il y a un peu plus de 10 ans (ça remonte). Au début, c'était essentiellement de la découverte, des discussions entre amis sur les murs, en public, sans trop s'inquiéter des problématiques de gestion des données personnelles. C'était un moyen pour discuter entre amis, se donner des nouvelles.

Avec le temps, il y a eu de plus en plus de pages et de posts ne provenant plus d'amis, mais de ces pages. Le fil facebook est devenu de moins en moins intéressant tandis que la partie "messenger" a pris de plus en plus de place dans mon utilisation, remplaçant feu MSN et les SMS au fur et à mesure, jusqu'à devenir ma seule messagerie instantanée ou presque.

Avec le temps, je suis aussi devenu un peu honteux de certaines choses que j'avais pu poster sur le réseau social et j'en suis venu à faire du tri, dans les amis, des les publications, dans les données que j'avais laissé à l'entreprise américaine. J'en suis arrivé en début 2018 à n'avoir aucune photo sur mon profil et aucun message sur mon mur, je ne conservais facebook que pour messenger.

Voulant aller un peu plus loin dans la protection de mes données et suite à la sortie de différentes affaires concernant l'utilisation des données personnelles disponibles sur facebook, j'en suis venu à supprimer mon compte facebook, sans prévenir personne. Je pensais pouvoir conserver messenger, comme l'indiquait la rubrique d'aide de facebook, mais ce choix ne m'a pas été proposé (sûrement car je n'avais pas laissé l'accès à mon répertoire téléphonique).

Ça fait maintenant un mois que j'ai supprimé mon compte facebook et les services y étant rattachés et cela ne me manque absolument pas, peut-être un peu messenger, que j'ai remplacé par ces bons vieux SMS (mais c'est une autre histoire).

Twitter, le microblogging

Deuxième réseau social auquel je me suis inscrit : Twitter. Essentiellement suite aux recommandations d'une amie qui l'utilisait pour suivre ses célébrités favorites (des acteurs et actrices de séries, pas les guignols de la presse people) et l'actualité.

J'ai beaucoup aimé le principe des messages courts pour parler de sujets divers avec des personnes que l'on ne connaissait pas autour de hashtags (ou mot-dièses si vous préférez).

Mais après une ou deux années d'utilisation, j'ai commencé à m'en détacher, l'atmosphère bon enfant des débuts commençait à tourner en pugilat, les gens commençaient à se critiquer et à critiquer les autres pour des broutilles et je me sentais de plus en plus frustré par la limite de caractères qui m'obligeaient à faire des abréviations et à tronquer mes idées (et je déteste ça, notamment les abréviations).

Je me suis donc débarrassé de ce compte et mon amie a fait de même à peu près au même moment et pour les mêmes raisons.

Diaspora, mon premier réseau libre

Je suis venu à diaspora* suite aux articles sur le blog de framasoft et à l'ouverture de framasphère. J'étais curieux de découvrir ce que donnait cette alternative libre de facebook.

Et même si aux début ce n'était pas super agréable à utiliser (ce qui s'est améliorer depuis), on retrouvait ce qui avait fait le succès de facebook à ses début, mais pas les gens qui y étaient. Et difficile de faire venir ses amis dessus. Au final, j'ai abandonné ce réseau à cause du manque de connaissances dessus, même si les personnes présentes dessus étaient sympathiques.

GNU Social, un twitter-like libre

J'avais entendu parlé d'identi.ca et ses diverses évolutions dont GNU Social, qui se veulent des plateformes de microblogging semblables à twitter, mais libres.

Je me suis inscrit à une instance (quitter.se si je me souviens bien) qui reprenait l'interface de twitter qui m'était connue à l'époque.

C'était vraiment fonctionnel, il y avait des gens et la même atmosphère qu'aux début de twitter, mais un gros manque de personnes francophones. On y parlait quasi-exclusivement en anglais. C'est ce qui m'a le plus freiné dans l'adoption de ce réseau avec aussi les applications mobiles qui n'étaient pas géniales et j'ai fini par l'abandonner.

Mastodon, encore un twitter-like libre ?

J'arrive enfin au dernier réseau social que j'ai découvert : Mastodon. J'ai attéri dessus il y a un peu plus d'un an lorsque tous les médias en ont parlé, notamment sur son respect de la vie privée des utilisateurs. Par curiosité je me suis inscrit sur l'instance du créateur du logiciel : mastodon.social.

L'interface est vraiment sympathique on y trouve de nombreuses personnes et notamment des francophones. L'ambiance est bon enfant, même si des dramas arrivent de temps en temps.

En plus d'un an j'ai pu poster plus de 6000 pouets (nom français des "toots", les messages de mastodon), ce qui est inédit dans mon utilisation des réseaux sociaux. J'ai réussi à me faire un petit coin douillet en suivant des personnes intéressantes et sympathiques avec lesquelles j'aime dialoguer.

Aujourd'hui, c'est le seul réseaux social que j'utilise (vous pouvez retrouver mes deux compte dans la colone de gauche), pour les raisons abordées ci-dessus mais aussi pour celles-ci :

  • des applications mobiles bien foutues : Mastalab (ma préférée), Tusky et Twidere
  • des interfaces alternatives pour utiliser Mastodon : Pinafore, Halcyon
  • pouvoir trouver de l'aide pour résoudre ses problèmes
  • les personnes bienveillantes qui sont dessus