Mieux consommer avec Yuka

Mieux consommer avec Yuka

C'est une grande mode de consommation ces dernières années, vouloir mieux manger et utiliser des produits de beautés plus respectueux de sa peau pour améliorer sa santé. Je n'échappe pas à cette tendance et m'aide dans ce processus d'amélioration de l'application Yuka.

Yuka pour la nourriture

Yuka est une application pour smartphone lancée en janvier 2016 et qui a pour but premier de nous aider à décrypter les étiquettes des produits alimentaires pour choisir en connaissance de cause les produits que l'on achète. L'application repose pour cela sur la base de donnée du projet libre OpenFoodFacts, où les internautes peuvent remplir les informations concernant les produits alimentaires et notamment leur composition et leurs apports énergétiques. Avec ces informations, Yuka donne une note au produit allant de 0 à 100, 0 étant un produit extrêmement transformé et comportant des additifs dangereux, 100 représentant un produit bio et sain sans additif dangereux. La note étant expliqué par l'application en termes facilement compréhensibles. La méthode de calcul s'approchant de ce que le gouvernement souhaitait mettre en place comme affichage sur les emballages alimentaires, le nutriscore, qui a été amplement sabordé par les lobbys industriels, même si cette notation est critiquée.

Certes, il est compliqué et chronophage de faire ses courses en scannant continuellement les produits que l'on met dans son cadi. Personnellement, j'ai choisi de scanner les produits présents chez moi pour savoir quels produits je peux acheter à nouveau sans problème et quels produits j'éviterai à l'avenir. L'application donne également une liste d'alternatives aux produits scannés avec une note supérieure pour nous aider à aller vers des produits plus sains. Ainsi, en magasin, je ne cherche qu'un ou deux produits à remplacer à chaque fois en scannant les alternatives présentes dans le même rayon. Une fois un remplaçant trouvé et qui me convient, je sais que je pourrais l'acheter à nouveau sans problème par la suite.

Yuka pour les produits de beauté

Depuis peu, l'application permet également de scanner et noter les produits cosmétiques et de beauté, s'appuyant cette fois-ci sur la base de donnée d'OpenBeautyFacts. La note est cette fois-ci basée sur le nombre d'ingrédients à risque contenu dans le produit et leur dangerosité, pour donner de manière synthétique une note sur 100 au produit, où un produit s'approchant de 0 est plus dangereux pour la santé. Là encore, pour chaque produit, la notation est expliquée, chaque ingrédient étant accompagné d'une indication expliquant sa dangerosité.

Encore une fois, je suis parti des produits présents chez moi, mais devant la déconvenue en découvrant la note de certains produits, j'ai décidé d'effectuer un grand tri, en jetant tous les produits avec une note inférieure à 25. Les produits avec une note inférieure à 50 seront terminés, mais remplacés par des produits ayant une note plus élevée. Une fois cette première étape accomplie, j'irai vers des produits ayant une note supérieure à 75 progressivement.

À noter : les produits de la marque Nivea que j'avais chez moi sont tous partis à la poubelle avec des notes désastreuses. Mention spéciale au Lait solaire SPF50 Protect & Bronze, qui atteint une note de 0/100 avec un ingrédient à risque élevé, le Octrocrylene, qui peut rendre allergique au soleil...

Le petit bilan

J'apprécie cette application pour sa simplicité d'utilisation, qui la rend pratique et efficace au quotidien, ce qui aide à s'améliorer, mais j'ai tout de même quelques réserves...

Tout d'abord, il y a une société commerciale derrière l'application, se pose le problème du financement de cette société. Ce financement semble être réalisé à partir de dons et de la vente d'un programme de nutrition à 59€. Même si les créateurs ont pour le moment refusé de vendre leur application, rien ne dit que ce ne sera pas le cas à l'avenir.

Ensuite, la méthode de calcul, bien que l'on connaisse les grands principes qui la régissent, reste relativement floue.

Enfin, pour utiliser l'application, il est nécessaire de fournir son adresse mail à l'entreprise, lui permettant d'envoyer des mails et d'associer l'historique de scans à un identifiant pour pouvoir le retrouver depuis différents appareils. L'entreprise indique néanmoins ne pas exploiter les données personnelles et ne pas les communiquer à des tiers.

Posted on