La Servante Écarlate - Margaret Atwood

La Servante Écarlate - Margaret Atwood

J'arrive souvent à une lecture par le biais d'une adaptation, c'est comme cela que j'ai lu par exemple Hunger Game, 13 Reasons Why, Divergente ou encore Le Monde de Narnia (quand j'étais au lycée, ça remonte), et c'est également comme ça que j'en suis venu à lire La Servante écarlate de Margaret Atwood, grâce à la série du service américain hulu.

La Servante écarlate est un roman d'anticipation / dystopie, un genre que j'affectionne tout particulièrement, car il permet de mettre en avant certaines dérives de notre société actuelle. Paru en 1985, le livre a relativement mal vieilli concernant la terminologie des objets technologiques présents dans l’œuvre, qui ont une consonance assez vieillotte à nos oreilles mais qui se laissent facilement comprendre, mais le reste de l'ouvrage est particulièrement bien construit.

Nous suivons l'histoire de Defred, une servante au service d'un commandent de de la république de Gilead. Defred nous raconte sa vie quotidienne en temps que servante et les souvenirs qui lui reviennent de sa vie passée. Aujourd'hui son rôle est simple : enfanter. Elle doit donner un enfant au commandant et sa femme, qui sont incapables d'en avoir.

Cette société a en effet sombré suite à un coup d'état provoqué entre autre chose par un problème grandissant de natalité et une supposée recrudescence d'attentats ayant plongé la population dans la peur. La république de Gilead a ainsi été fondée, instaurant une religion d'état et attribuant à chacun un rôle spécifique. Les hommes sont ainsi en position de force et concentrent tout le pouvoir dans l'ensemble de la société. Les femmes sont quant à elles séparées en différentes castes, dont les épouses de commandants (habillées en bleu), les servantes destinées à procréer (habillées en rouge écarlate), les Marthas, qui sont des domestiques...

Nous découvrons tout cet univers de manière très progressive en attrapant des éléments au fil de la narration de Defred, ce qui pose progressivement le cadre.

Pour les habituées de la série, on reconnaît l'univers caractéristique de l’œuvre, même si les évènement divergent grandement entre les deux (la série adaptant dans sa première saison et dans les grandes lignes le livre). Le style d'écriture est particulier, il s'agit des pensées de Defred, complètement décousues, passant d'un sujet à l'autre sans transition et rapportant les paroles elle-même, ce qui rend difficile la compréhension à certains moments, mais qui est expliqué à la fin du livre.

J'ai également trouvé le livre plus soft concernant certains aspects par rapport à la série, sur le traitement des servantes ou des rites qu'elles doivent suivre. Clairement, je n'aurais pas lu ou poursuivi la lecture du livre si je ne connaissais pas la série auparavant, mais j'ai tout de même passé un bon moment, en abordant cet univers d'un autre point de vu.

Posted on